Menu

Hypnose Thérapeutique à Marseille et Paris. Thérapies brèves orientées solution, EMDR - IMO





Hypnose à Marseille
Laurence ADJADJ, Praticienne et Formatrice en Hypnose, EMDR-IMO et Thérapies Brèves à Marseille vous donne son avis d'hypnothérapeute sur…

Techniques d’hypnoanalgésie. Dr Gilda Pardey Bracho



Par le Dr Gilda Pardey Bracho
Anesthésie-réanimation. Hôpital neurologique Pierre-Wertheimer, Bron (Rhône). Capacité en Evaluation et traitement de la douleur. Université Claude-Bernard Lyon I, Lyon. Hypnose et communication hypnotique en anesthésie - Institut français d’Hypnose 2016. Formée par l’Institut français d’Hypnose.


Techniques d’hypnoanalgésie. Dr Gilda Pardey Bracho

Favoriser la participation du patient et son confort

En neurochirurgie certaines procédures, en particulier de type fonctionnel, méritent des états alternant entre la sédation/analgésie (moments inconfortables et/ou douloureux) et l’état de conscience critique, afin d’évaluer l’efficacité de la procédure chirurgicale : électrode correctement placée, amélioration des symptômes lors de la stimulation corticale ou médullaire, et absence d’effets indésirables lors de la stimulation/résection chirurgicale.

Les techniques d’hypnoanalgésie/hypnosédation, associées à une anesthésie locale (AL) ou locorégionale (bloc des nerfs du scalp ou BNS), sont idéales pour favoriser la participation du patient pendant l’évaluation neurologique avec un meilleur vécu de la procédure (en particulier chez les patients douloureux chroniques), améliorant le confort avec une moindre consommation de médicaments anesthésiques. D’autres types de procédures de type diagnostiques (biopsies stéréotaxiques ou guidées par la neuronavigation) se prêtent aussi à ce type de prise en charge, même si la participation du patient n’est pas nécessaire.

L’utilisation de l’hypnose en neurochirurgie a déjà était décrite en France (1-2), pourtant les publications sur le sujet sont rares. La technique d’hypnose conversationnelle/hypnose formelle utilisée est adaptée à chaque patient en fonction du contexte, son imaginaire et son histoire personnelle, avec une induction de la transe (selon le cas), un entretien et des suggestions posthypnotiques (en respectant les consignes d’usage), puis une réassociation.
 
Voici quelques cas cliniques de prise en charge anesthésique à l’aide de l’hypnose.
 
Paëlla et névralgie du trijumeau                  
Monsieur A.M. souffre d’une névralgie trijéminale gauche du V3, avec un fond douloureux permanent sans élément paroxystique, rebelle et pharmacorésistante, due à une sclérose en plaques évoluant depuis 2015. La procédure, qui nécessite l’introduction de l’électrode par la voie percutanée (de Hartel) guidée par radioscopie, ne se fait plus sous anesthésie locale, car cette dernière ne permet pas d’évaluer correctement l’efficacité de la procédure sur le territoire thermocoagulé (analgésie, hypoesthésie). La prise en charge anesthésique doit s’adapter pour obtenir des moments confortables avec le patient éveillé et capable de répondre à l’évaluation et un niveau adéquat d’hypnoanalgésie et sédation pour les moments douloureux (thermocoagulation).
M. A.M. arrive au bloc opératoire sans prémédication et très angoissé, en transe négative, focalisé sur sa maladie qui est de plus en plus évolutive. La communication est difficile, il n’y a pas de sujet de conversation, mais je devine qu’il a des origines espagnoles par son nom de famille.
- « Effectivement, mes parents sont espagnols, et j’adore les plats préparés par ma mère, surtout el cocido y la paëlla, mais elle est âgée pour cuisiner.
- Et vous pouvez me dire… ce qu’elle met dans… son cocido ? (Distraction pendant que j’installe la perfusion.) Et la paëlla, savez-vous la préparer ?
- Bien sûr ! »
Entre-temps la perfusion intermittente de rémifentanil contrôlée par sédation à objectif de concentration (SIVOC) commence, et le neurochirurgien s’apprête à placer le trocart sous scopie. Les repérages radioscopiques et électrophysiologiques confirment la bonne position de l’électrode. Avant la termocoagulation test (60 secondes à 75°C), une saturation et « injection de mots » débute pour améliorer le confort du patient : « Mettez-vous des escargots dans la paëlla ? » (Confusion.) Deux thermocoagulations à 75°C sont effectuées, avec un bon résultat d’analgésie et hypoesthésie.
En Salle de surveillance post-interventionnelle (SSPI), M. A.M. est content de cette expérience, sans douleurs, et soulagé.
 
Métaphore du bouclier lombaire chez un patient douloureux chronique
La pose percutanée d’électrodes de stimulation médullaire percutanée (similaire à une péridurale) est indiquée chez les patients présentant des douleurs chroniques des membres inférieurs. Cette procédure nécessite un état de conscience critique afin de déterminer la bonne localisation de l’électrode couvrant la zone douloureuse par les paresthésies lors de la stimulation.

Monsieur P. a des douleurs neuropathiques chroniques des membres inférieurs. Après plusieurs échecs des traitements médicamenteux, l’implantation d’électrodes de stimulation médullaire par voie percutanée a été indiquée sous anesthésie locale et hypnosédation.
Il est très sportif et aime bien les promenades dans le bois (kynesthésie), c’est son lieu de sécurité, il est en liberté de mouvement. L’induction hypnotique a consisté à l’accompagner dans les bois, en commençant par sa préparation préliminaire : une focalisation sur la respiration, une bonne installation sur la table chirurgicale, les vêtements utilisés pour la promenade, « la casquette noire, le camelbak, les chaussettes, les chaussures (dissociation) puis la crème solaire » (préparation cutanée pour la pose de la voie périphérique).

« Pendant la promenade vous entendez les oiseaux… les bruits des feuilles sèches (intégration des bruits dans la salle, ouverture des sacs en plastique du matériel stérile)… un renard sauvage croise votre chemin, vous lèche la main, puis… vous mordille (confusion, métaphore) – et la perfusion est posée sans que le patient s’en aperçoive –, c’est bien, vous pardonnez le renard… et vous l’apprivoisez. » Puis il est installé en décubitus ventral. « Il fait chaud (scialytiques allumés sur le patient)… vous avez besoin de remettre de la crème solaire… vous installez une première couche de… crème protectrice (asepsie chirurgicale) et puis un bouclier lombaire… bien épais qui va vous soulager (mise en place de champs chirurgicaux). Vous entendez peut-être des voix de personnes qui s’approchent (le neurochirurgien et son assistant entrent dans la salle sans respecter le silence), puis le bruit d’un ruisseau (intégration du bruit dans la salle, ouverture des boîtes chirurgicales, installation du matériel sur la table de l’instrumentiste) et vous décidez d’aller vous baigner… une sensation agréable d’engourdissement (AL)… s’installe dans votre dos en contact avec l’eau » (confusion, métaphore).


Edito: Les couleurs de la vie. Sophie Cohen
Ce numéro est sous le signe du vivant, du vital. Tout d’abord grâce à notre artiste : Mario René Madrigal. Ce peintre né au Nicaragua, avant de se révéler au Costa Rica, exprime une continuité entre les temps du précolombien et les temps actuels. Il opère ces liens au travers de la symbolique et les couleurs qu’il utilise. 

Arrêt du tabac: script détaillé d'une séance. Dr Daniel Quin
Je propose quotidiennement des séances de sevrage tabagique en me servant de mon statut assumé de fumeur. J’aime fumer ! Il s’agit dans la structure d’intervention que je souhaite partager avec vous d’une sorte de recette universelle. A vous de l’adapter individuellement à chacun de vos patients et d’en faire « du sur-mesure » comme nous l’ont enseigné Erickson et ses disciples.

Techniques d’hypnoanalgésie. Dr Gilda Pardey Bracho
En neurochirurgie certaines procédures, en particulier de type fonctionnel, méritent des états alternant entre la sédation/analgésie (moments inconfortables et/ou douloureux) et l’état de conscience critique, afin d’évaluer l’efficacité de la procédure chirurgicale : électrode correctement placée, amélioration des symptômes lors de la stimulation corticale ou médullaire, et absence d’effets indésirables lors de la stimulation/résection chirurgicale.

Sclérose en plaques: Diminuer la spasticité. Valérie Etchevers
Depuis quelques années je travaille en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), où je pratique l’hypnose dans ma fonction d’infirmière, et je travaille également en cabinet. Il m’est arrivé assez fréquemment de rencontrer des personnes atteintes de sclérose en plaques. La sclérose en plaques, ou SEP, est une affection du système nerveux central. Elle touche le cerveau, le cervelet et la moelle épinière qui ont en commun d’être constitués de cellules spécifiques, les neurones.

Dossier François Roustang: l'Editorial du Dr Jean-Marc Benhaiem
Les grands penseurs sont fascinants. Leurs textes contiennent des ouvertures et des avancées à n’en plus finir. A chaque lecture et relecture, un nouveau concept apparaît. Ils vont à l’essentiel. Ils sont lus par une multitude qui y trouve son compte. L’écriture est précise. Chaque mot est pesé, choisi. Les textes et ouvrages de François Roustang sont de cette veine. "François a enseigné, a beaucoup écrit, fut beaucoup lu, mais se sentait peu compris", nous rappelle Gaston Brosseau depuis Montréal.

Roustang, l’homme libre. Guillaume Delannoy
C’est une amie qui m’a fait découvrir François Roustang. A une époque de sa vie où elle allait très mal, elle avait acheté La fin de la plainte, un livre destiné à un large public, mais aussi adressé aux professionnels de la relation d’aide, raison qui avait certainement guidé le choix de cette intellectuelle qui cherchait des pistes pour sortir de sa souffrance, mais qui n’aurait jamais, au grand jamais, daigné acheter ou même feuilleter un livre de développement personnel.

« De l’insoutenable légèreté de l’être ». Sylvie Le Pelletier-Beaufond
« De l’insoutenable légèreté de l’être » : c’est en ces mots que François Roustang évoque lors d’un de nos derniers entretiens, à l’aube de ses derniers jours en guise peut-être de clôture de son œuvre, l’essence de la vie qu’il nous invite inlassablement à contacter, dans une forme de présence au monde libre, intense, fluide. François Roustang sans relâche incite, propose, impose même de s’installer dans la vie telle qu’elle est, dans cette « légèreté de l’être, insoutenable parfois ». 

Dans les blocs opératoires. Dr Marc Galy
En octobre 1995 François Roustang donne une conférence à la Fondation Ling de Lausanne : « Pourquoi notre culture se méfie-t-elle de l’hypnose ? ». Cette conférence est publiée dans Feuilles oubliées, feuilles retrouvées en mai 2014 par Payot. Dans ce texte, il souligne que « notre époque accueille relativement volontiers l’hypnose lorsqu’elle est capable de produire des effets d’anesthésie ou d’analgésie, c’est-à-dire lorsqu’elle nous coupe des stimuli afférents qui pourraient être cause de douleur… ».

Faire vivre avec, jusqu’au bout ! Prolonger le geste de François Roustang. Dr Eric Bonvin
Après avoir exploré durant de nombreuses décennies l’expérience de vivre en ce monde avec les êtres vivants, permis à ceux qui en souffrent de la vivre mieux, évité d’échouer sur les écueils mortifères de la modernité, François Roustang a, tout au long de son cheminement, laissé de précieux indices sur l’expérience de vivre. Son parcours l’a conduit dans tous les domaines où elle peut être explorée, comme dans l’institution spirituelle religieuse, la psychologie, la psychanalyse, la philosophie puis l’hypnose thérapeutique.

François Roustang : le début d’une aventure. Dr Julien Betbèze
Le début des années 1980 a été marqué par l’arrivée sur la scène thérapeutique de l’importance de l’œuvre de Milton Erickson, avec la publication en 1984 en français du livre de Jay Haley, Un thérapeute hors du commun. L’entrée de l’hypnose thérapeutique en France a été facilitée par les formations mises en place par Jean Godin et Jacques-Antoine Malarewicz. Mais si l’hypnose thérapeutique a pu être accueillie comme une pratique et également comme une pensée, elle le doit au travail théorique effectué par François Roustang depuis la publication de Suggestion au long cours en 1984.

« Jamais contre d’abord ». Dr Stefano Colombo
Je me suis bien préparé pour cette marche à la montagne. Je le sens. J’avance à un rythme régulier. La première partie est une étape d’exploration : un nouveau paysage, des repères à fixer, une évaluation de la difficulté, le choix du bon chemin. Peu à peu, le terrain devient plus irrégulier, la pente commence à se faire sentir. Pendant cette deuxième étape, nous marchons en file indienne à une cadence qui convient à chacun du groupe. Nous avons, au fond, presque le même entraînement.

Le vent dans le dos. Dr Véronique Bonnet
Bonne nouvelle, ça pousse le facteur... « Le vent dans le dos » : l’expression est lancée dans la discussion, elle se pose sur la table. Il amène des lettres du bout du monde. Au fait, de quel bout s’agit-il ? C’est un restaurant « branchouille » où se rassemblent les amis, dans une ambiance qui éveille le regard. Du monde peuplé d’amis, de chaleur et de lumière. Ah, comme c’est bon dans le corps ces lettres... lire ces mots adressés.

La guérison n’a pas d’odeur. Dr Adrian Chaboche
Chers lecteurs, continuons notre exploration. Certains patients nous surprennent, parfois nous tourmentent, et même nous heurtent. Nous nous efforçons alors de parler d’empathie. Selon Carl Rogers : « Etre empathique, c’est percevoir le cadre de référence interne d’autrui aussi précisément que possible et avec les composants émotionnels et les significations qui lui appartiennent comme si l’on était cette personne, mais sans jamais perdre de vue la condition du “comme si” ». 

Méditation Vipassana. Dr Dina Roberts
Les liens entre la méditation et l’hypnose suscitent beaucoup de questionnements. Je n’avais aucune pratique méditative lorsque j’ai décidé d’aller en faire l’expérience, en immersion, lors d’une retraite de dix jours pendant laquelle j’ai pratiqué la méditation Vipassana. Cette technique, également décrite comme un « art de vivre », propose d’apprendre à « voir la réalité telle qu’elle est » en passant par une exploration de soi fondée sur l’observation des sensations physiques.

Entretien avec Joyce Mills. Par Gérard Fitoussi
Pouvez-vous nous parler de votre parcours personnel ? Joyce Mills : Enfant, je racontais déjà des histoires. Mon fils aîné fut atteint de paralysie cérébrale, ce qui m’a conduit à m’intéresser à un programme pour les enfants dans sa condition. J’obtins mon doctorat en 1982 et en 1992 nous avons déménagé à Hawaii. Dix jours après notre arrivée, l’île fut touchée par un ouragan, le pire désastre naturel de cette région au XXe siècle. Cet événement a changé ma vie et mon travail. 

Le gorille invisible. Quand nos intuitions nous jouent des tours
Notes de lectures par Christine Guilloux. Vous souvenez-vous d’avoir vu passer le gorille ? Ou vous est-il passé sous le nez sans que vous n’y preniez garde ? Vous riez jaune. Votre attention a été détournée, absorbée par une tâche et vous n’avez eu d’yeux que pour la tâche qui vous était assignée. Rappelez-vous, vous assistiez, sur une vidéo, à un jeu de basket entre deux équipes, l’une habillée en tee-shirts blancs, l’autre en tee-shirts noirs, et vous aviez à compter le nombre de passes entre les joueurs de l’équipe des blancs.

La psychothérapie des obsessionnels compulsifs. Claude Michel
Notes de lectures par Gérard Fitoussi. Dans un des ouvrages de références de l’hypnose, « Hypnotic suggestions and metaphors » de D. Corydon Hammond, où sont répertoriées nombre de propositions concernant l’utilisation de l’hypnose dans une variété de troubles, y compris les troubles anxieux, on ne trouve cependant pas de référence à l’utilisation de l’hypnose dans les TOC, pas plus que dans, par exemple, le « Oxford Handbook of Hypnosis ».

L'Hypnose à l’Académie nationale de médecine? Dr Lauriane Bordenave
Entretien avec Jean-Marc Benhaiem. Audition de l’Académie nationale de médecine. Lauriane Bordenave : Bonjour Jean-Marc, tu as été auditionné par l’Académie nationale de médecine (ANM) en janvier de cette année au sujet de l’hypnose. Pour quelles raisons ? Jean-Marc Benhaiem : en mars 2013, l’Académie nationale de médecine publie un rapport et des recommandations sur les médecines complémentaires.
 

Soyons le messager de notre message. Dr Régis Dumas
Humilité, transmission et partage d’expérience. Petites réflexions à l’intention des futurs congressistes. Le 10 mai 2017 va s’ouvrir en terre volcanique, à Clermont Ferrand, le 10e Forum de la CFHTB : notre terre d’Auvergne et ses volcans montent tranquillement en température... Cette manifestation exceptionnelle, une fois tous les deux ans, va réunir les 35 branches du bel arbre que constitue la Confédération Francophone Hypnose et Thérapies Brèves. 

Le mois dernier : Hypnose et anorexie
Hypnose et neurochirurgie
Formation Hypnose et mouvement
Dominique Megglé

 
L'hypnose, ça marche vraiment ?


Rédigé le 30/08/2017 à 15:24 | Lu 285 fois modifié le 31/08/2017

Laurent GROSS
Kinésithérapeute, Hypnothérapeute, Psychothérapeute certifié par l'ARS en 2013, Président du... En savoir plus sur cet auteur




Revue Hypnose & Thérapies Brèves


Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy
 


Galerie
Laurence Adjadj, Formation en Hypnose à Marseille
Sophie COHEN et Laurence ADJADJ
Mariline Morcillo, Hypnothérapeute et Infirmière à Paris et Marseille
Laurent Gross, formation CHTIP à Paris en Hypnose
Dr Philippe Aïm et Laurent Gross en formation Hypnose au CHTIP
Marion Chervy et Laurence Adjadj
Hypnotim
Laurent Gross, hypnothérapeute à Paris
Hypnotim, Formation en Hypnose à Marseille